Coton Bio

ALAFIA - Coton bio et équitable est un projet de partenariat public-privé mise en place à la périphérie de la Réserve de Biosphère de la Pendjari et construit sur les efforts de différents partenaires : les bailleurs de fonds Helvetas et GIZ-ProAgri, la société ICA-GIE et l'Union des AVIGREF comme promoteur du projet.

Objectifs

Le Projet Alafia est une initiative de promotion du coton biologique et équitable dans une aire protégée, la Réserve de Biosphère de la Pendjari (RBP). Elle a été formulée par l’Union des Associations Villageoises de Gestion des Réserves de Faune (U-AVIGREF) pour répondre aux problèmes de dégradation de l’environnement et de contamination du fait de l’utilisation de plus en plus croissante de produits chimiques de synthèse dans cette zone.

En effet, l’initiative de produire du coton biologique est partie du constat de pollution des mares et rivières de la réserve de biosphère, mais aussi de celui des conséquences néfastes des pesticides (notamment l’endosulfan) sur la santé humaine et animale.

La finalité de l’initiative est donc que les femmes et les petits producteurs de coton et autres produits de rotation biologiques et équitables augmentent leurs revenus et améliorent leur cadre de vie par rapport à la production du coton conventionnel dans la Zone d’Occupation Contrôlée (ZOC).

Les impacts attendus sont donc de deux ordres :

- d’abord écologiques : La biodiversité dans la Réserve de Biosphère de la Pendjari et la santé humaine et animale sont épargnées des effets néfastes des pesticides et autres produits chimiques de synthèse ;

- ensuite économiques : Les productrices(teurs) de coton bio-équitable (y inclus les produits de rotation) augmentent leurs revenus et améliorent leur cadre de vie par rapport à la production du coton conventionnel dans la ZOC.

 

Acquis

Démarré en février 2008, l’initiative Alafia est conduite par la Cellule Technique Coton Alafia (CTCA) et est à sa quatrième campagne agricole avec des résultats assez encourageants comme le résume le tableau ci-dessous :

Campagne

Nombre de producteurs

% femmes

Superficie Exploitée

(Ha )

Production

(tonnes)

Revenu monétaire en FCFA

2008-2009

220

33%

55

15

4.100.000

2009-2010

310

59%

87

38

10.447.000

2010-2011

371

60%

167

54

14.688.000

2011-2012

447

73%

208

78

21.463.520

2012-2013

410 83%

244

76,5 23.852.400

2013-2014

450

78% 293,8 88,5 27.605.760
 

Alafia coopère avec deux organismes de certification :

 

pour la qualité bio : les certificats 2008 et 2009 sont obtenus

pour l’accès au commerce équitable : le processus de certification est en cours.

Perspectives

L’Union des AVIGREF développe un label spécifique pour la fibre provenant des aires protégées (Parc National de la Pendjari et Parc National du W) en vue d’un marketing plus prononcé du coton bio-équitable sur un marché de niche.

Parallèlement, elle vise à créer un partenariat avec des acteurs pour la transformation au Bénin et recherche donc une entreprise (maison textile) intéressée à créer une ligne de produits avec ce label.

Le projet Syprobio est financé par l’Union européenne et couvre la période 2011-2015. Lancé en janvier 2011, il est exécuté dans trois pays (Bénin, Burkina-Faso et Mali) et implique plus de 100 producteurs-chercheurs, une vingtaine de chercheurs des institutions nationales de recherche des trois pays concernés (INRAB, INERA et IER), des organisations paysannes (U-AVIGREF, UNPCB et Mobiom-Mali), Helvetas Swiss Intercooperation ainsi que FIBL (Institut de recherche en agriculture biologique) basé en Suisse.

 

L’introduction de l’agriculture biologique et du commerce équitable en Afrique de l’ouest axé sur le coton, a démontré que cette forme de production possède un vrai potentiel d’augmentation des revenus et d’amélioration de la sécurité alimentaire. La diversification des cultures biologiques dans la rotation et leur intégration à l’élevage ou à l’agroforesterie visent une productivité durable en dépit des changements climatiques.

 

Le projet Syprobio renforce l’expérience en cours en matière d’agriculture biologique dans la sous-région et vise à identifier, tester et disséminer les techniques et stratégies d’une production biologique diversifiée, rentable, durable et adaptée au changement climatique pour l’Afrique de l’ouest et du centre. Il doit formuler des recommandations de politiques sectorielles sur la sécurité alimentaire et l’adaptation au changement climatique et renforcer la capacité des institutions de recherche agricole. En effet, l’agriculture biologique a été introduite dans la sous-région ouest africaine depuis 1996 en réponse aux problèmes de dégradation de l’environnement et des ressources naturelles, et de l’amenuisement de la diversité biologique.


Dépliant SyProBio.pdf
Document Adobe Acrobat 354.5 KB
Plate-forme Transhumance Transfrontalière Benin - Burkina Faso