La Surveillance

Le but de la surveillance est d’empêcher et de dissuader les braconniers, les transhumants et les exploitants illégaux de bois de pénétrer dans la réserve. Ainsi, l’armement de la surveillance doit être léger et permettre l’autodéfense. La possibilité d’une réaction rapide et d’une flexibilité dans l’intervention doit être garantie par un équipement performant, dont notamment des véhicules et des radios. 

Les équipes de surveillance sont constituées de trois gardes–faune et de deux auxiliaires villageois. Les auxiliaires villageois ne sont pas armés et ils n’interviennent pas directement dans la lutte anti–braconnage. Les auxiliaires sont désignés par les AVIGREF des axes. Parmi ces auxiliaires se trouvent aussi des pisteurs de la chasse sportive dont le savoir faire peut profiter aux gardes–faune. La prise en charge des auxiliaires par le CENAGREF, qui s’élève encore à 50 %, doit évoluer vers la couverture par les AVIGREF de l’intégralité des coûts liés à cette activité. Ce financement doit provenir de la chasse sportive dont l’AVIGREF perçoit aujourd’hui 30 % des recettes. La chasse sportive dans les zones villageoises de chasse fournira un complément considérable.

Plate-forme de la Transhumance transfrontalière Benin - Burkina Faso
Troupeau de bœufs transhumants saisi dans la Réserve de la Pendjari au mois d'Avril 2012

Surveillance mobile Plus

Les AVIGREF, en relation avec leur mission de contribuer à la gestion durable de la Réserve de Biosphère de la Pendjari, ont mené des réflexions sur une approche qui puisse rendre le mécanisme de surveillance actuel plus efficace. L’initiative se veut être un dispositif d’alerte, un système complémentaire pour améliorer la performance de la surveillance de la DPNP, avec laquelle les AVIGREF collaborent très étroitement dans le cadre de la gestion durable de la Réserve de Biosphère de la Pendjari. Il ne doit donc pas être compris comme une surveillance parallèle, ni d’une superposition.

Ce dispositif d’alerte, Surveillance Mobile Plus (SMP), est équipés de motos, de téléphones satellitaires et de caméras. Une patrouille SMP est composée d’un écogarde, deux chasseurs professionnels locaux et de deux auxiliaires villageois. Avec les motos les équipes SMP sont plus maniables que les équipes traditionnelles en 4x4 et elles peuvent aller à des endroits où aucun véhicule n’a accès en saison des pluies.

Avenir…

On peut s’imaginer que dans l’avenir des patrouilles seront organisées par les AVIGREF d’une manière autonome.

Surveillance Mobile Plus
Surveillance Mobile Plus
Plate-forme Transhumance Transfrontalière Benin - Burkina Faso