Compensation dégâts animaux

Le mode de gestion de la Réserve de Biosphère de la Pendjari permet aux populations riveraines de profiter d’une partie de l’espace de la réserve pour réaliser les activités champêtres. Étant limités par le confinement géographique de la région (chaine Atacora) les producteurs et productrices agricoles sont obligés de profiter de cette zone d’environ 30 000 ha située au long des axes Tanguiéta - Porga et Tanguiéta – Batia dénommé Zone d’occupation contrôlé (ZOC).


Causant régulièrement des dégâts champêtres ou sur le cheptel des animaux domestiques, l’incursion des animaux sauvages dans la même zone met en danger la sécurité alimentaire des familles riveraines et risque de diminuer ainsi leur volonté de conserver la faune sauvage, en particulier les populations des éléphants, babouins, buffles, hippopotames et lions.


Afin de réduire les conflits entre humains et animaux sauvage, une structure légère locale de compensation des dégâts d’animaux sauvage a été mise en place composé des agents de la Direction du Parc National de la Pendjari, de l’Union AVIGREF, des Centres Communaux de Promotion Agricole (CeCPA) et des autorités politiques (Chefs d’Arrondissements) des deux communes concernées.


La promotion des mesures préventives s’ajoutant à ce mécanisme de compensation promet d’avoir une influence positive sur l’acceptation de la Réserve de Biosphère de la Pendjari par les riverains.

 

Clôture anti-incursion éléphants
Clôture anti-incursion éléphants
Plate-forme Transhumance Transfrontalière Benin - Burkina Faso